Réfractaire : Adjectif.

Réfractaire à […] qui résiste à […] Qui refuse de se soumettre à […]

C’est quoi, ce canard ?

Un média indépendant qui s’intéresse aux collectifs de lutte contre la grande désespérance des temps modernes. Un média qui filme les petits bonheurs et les grands combats, qui tente de comprendre le monde à travers ces détails qui font les belles histoires. Un canard investit dans les colères populaires, les désobéissances écologiques ou dans les oppositions face aux folies de l’argent roi. Un média pour aller au-delà de l’apparence et saisir cette profondeur qui met toutes ces choses en mouvement.

Un canard local qui prend le temps de discuter, même sans maquillage et sans buzz. Même avec ceux ne sont jamais passés à la télé. Et qui n’ont pas dans leur poche une carte de journaliste parisien.

Parce que ça sert à ça, un canard : mettre en valeur ceux qui passent sous les radars médiatiques, toutes ces luttes qui peinent à trouver un moyen d’expression. Et ces bonnes idées qui n’attendent qu’une caméra pour s’exprimer.

Un canard réfractaire, c’est comme un pavé dans la mare

Nous ne sommes pas comme les autres. Parce que nous parlons pas à l’argent mais aux gens. Nous préférons enchaîner les réunion-café et utiliser nos réseaux d’entraide pour trouver une vieille caméra plutôt que de servir un milliardaire. Nous aimons la débrouille parce que ça fait grandir, ça créé du lien.

En fait, le canard c’est une excuse. Pardonnez nous, nous cassons le mythe dès le début, mais notre canard est conçu, voulu et organisé comme une excuse pour refaire du lien social. Notre objectif : exciter les réseaux militants et valoriser ces collectifs citoyens qui feront le monde de demain.

Le canard s’invite parmi toutes ce qui est en mouvement. Nous sommes là où la démocratie se réinvente, où l’écologie surmonte sa phase de déni, où le social dépasse la simple considération marchande.

Nous le faisons par curiosité et par ignorance. Qu’est-ce qui met aujourd’hui tant de personnes dans la rue? Qu’est-ce qui oblige des parents à passer des soirées entières dans des réunions de deux heures ? Nous n’en sait rien mais nous compte bien le découvrir avec vous.

Parce que chaque belle lutte mérite son canard

Nous passons d’un monde militant aux couleurs bien définies à quelque chose d’autre qui est en train de le supplanter. Adieux les vieilles organisations : voilà l’ère des collectifs qui refusent les leaders, les partis et les anciennes rengaines. Des pratiques inédites qui rassemblent au-delà des espérances – et qui font douter les résignés sur le caractère tragique du monde.

Oh ! Les choses changent ! Le logiciel militant est mis à jour par les catastrophes annoncées : Ainsi soit-il ! Nous ne laisserons pas ceux qui veulent sauver leurs enfants sans moyen de communication. Nous offrons des solutions techniques de partage à une humanité costarmoricaine en pleine phase d’éveil.

Ce canard, c’est notre expérience d’une citoyenneté toute neuve. Notre gouvernance, nos décisions, notre réseaux, c’est ce « vous » et ce « nous » qui se confond joyeusement. C’est une des conséquences positives de la grande crise sociale. L’avenir, nous le traverserons avec vous, notre béret, notre sacoche en simili-cuir et notre bloc note. Parce que quelque chose se passe, parce que le doute est permis et que nous n’en espérions pas tant.

Un canard réfractaire pour les Côtes d’Armor, qui accompagnera les mouvements citoyens jusqu’au bout !

A nos amis, la bonne journée !
Votre canard.