L'instruction en Famille (IEF)

Qu’est ce que l’instruction en famille ? Comment procéder et qu’est-ce que ça apporte ? Dans ce contexte difficile pour les enfants à l’école, certains parents ont fait le choix récemment ou depuis longtemps d’éduquer leurs enfants à la maison. 
Le Canard est parti à la rencontre de Valérie, Mélusine, Hélène, Luc qui ont choisi l’IEF pour leurs enfants…

Mais c’est quoi l’IEF ?


L’instruction en famille (IEF) c’est le droit des parents à instruire leurs enfants à la maison et à ne pas les confier à l’école. 
Saviez-vous que l’école n’était pas obligatoire ? En effet, ce n’est pas l’école qui est obligatoire mais l’instruction, et ce, de 3 à 16 ans ! Code de l’éducation : articles L131-1 à L131-13 

L’IEF appelée parfois “l’école à la maison” peut être un choix des parents. L’enfant doit acquérir les connaissances et compétences du même niveau que les enfants qui vont à l’école : c’est le socle commun des apprentissages et des connaissances. 

Il existe plusieurs méthodes d’apprentissages pour l’IEF. Les parents peuvent opter pour un suivi pédagogique en ligne par le CNED ou autre organisme. Ou bien, ils peuvent gérer eux-même l’instruction sans avoir besoin forcément d’un diplôme particulier pour assurer l’enseignement. 

Quelles démarches effectuer ?

 

 Avant chaque rentrée scolaire, les parents doivent déclarer que l’instruction de leur(s) enfant(s) se fera en famille à :
– La mairie de son domicile,
– Au DASEN (Directeur Académique des Services de l’Éducation Nationale).
Une fois déclaré, le DASEN délivre une attestation d’instruction en famille.

A partir de là, les familles se soumettent à des contrôles de la Mairie et du DASEN.

En effet, 1 fois tous les 2 ans, la Mairie fait une enquête au domicile de l’enfant concerné par l’Instruction En Famille, afin de contrôler les raisons de ce choix et de savoir s’il est compatible avec l’état de santé de l’enfant et des conditions de vie de la famille.
Mais en aucun cas, la Mairie ne contrôle la qualité de l’enseignement dispensé.

Le DASEN quand à lui, contrôle que l’instruction est bien dispensée à l’enfant et que ce dernier acquiert les connaissances requises. Un inspecteur académique effectue un contrôle individuel de l’enfant 1 fois par an. Et s’il juge les résultats insuffisants, un second contrôle est effectué plus tard afin que la famille améliore la situation d’apprentissage de l’enfant.
En cas de résultats toujours insuffisants suite à ce second contrôle, le DASEN impose aux parents d’inscrire leur enfant dans un établissement scolaire dans les 15 jours.

Quels sont les avantages et les inconvénients de ce mode d’apprentissage ?

 

 

 

Il ressort énormément de choses de nos conversations avec ces parents ayant choisi l’IEF. 
Ce choix, c’est avant tout pour accompagner son enfant dans son développement. L’école ne correspondant pas au rythme des enfants, avec l’enjeu du temps imparti pour faire un cours ou un exercice ; en IEF, on se met au diapason de son enfant et on avance à son rythme. En famille, on passe du temps avec son enfant et du coup, on le connaît sur le bout des doigts et cela change de la compétition que l’on impose aux enfants à l’école​​​​​​​.

Valérie : Même pour les méthodes d’enseignement, le fait de connaître son enfant, me permet de m’adapter à un apprentissage qui lui correspond pour qu’il s’y épanouisse. Je pense que chaque enfant à ses méthodes d’apprentissage. Il se développe par rapport à lui, ses besoins, ses qualités.
On le laisse se développer dans ce qu’il aime et c’est magique de le voir s’épanouir et s’éclater dans ce qu’il fait !​​​​​​​

Mélusine : on respecte son rythme et ce qu’il est. On s’adapte à lui et non pas que lui s’adapte à l’école.
Il revenait de l’école épuisé, rincé, avec aucune envie créative. Il était en mal-être, il dormait mal avec beaucoup de
cauchemars. Il est très timide et se renfermait sur lui-même. Il était angoissé et notre relation était souvent dans la confrontation et dans le conflit. Et là, on crée une autre relation quoi ! Et là, dans le groupe que l’on a créé, il est très à l’aise. On parle de l’isolement des enfants qui ne vont pas à l’école et bien c’est tout le contraire ! Je n’ai jamais vu mon fils aussi épanoui avec les autres enfants ou les adultes qu’il rencontre.

Les parents ressentent aussi le sentiment de reprendre leur responsabilité de parents et de se réapproprier ce droit. Ils travaillent à une instruction ludique et autonomisent leurs enfants. Car à l’école, la relation à l’adulte change ; à l’école, c’est une relation dominant/dominé : il n’y a que très peu d’échanges, c’est juste l’instructeur et l’apprenant. C’est une relation d’autorité​​​​​​​.

Mélusine : Il y avait des choses qui n’allaient pas à l’école et je n’étais pas là. On se décharge un peu sur l’école et on se dit : bah, cette partie là, c’est l’école qui le fait. Et l’IEF, c’est pas juste un accompagnement scolaire, c’est aussi autre chose qu’on enseigne : vivre ensemble, passer du temps ensemble, se connaître, etc.

Les enfants présents pendant nos échangent sont épanouis et n’ont pas d’a priori quant à ma présence. Ils ont plus de temps pour l’extérieur, une plus grande envie de découvrir des choses par eux-même. Et leurs parents me soufflent à l’oreille qu’ils sont plus demandeurs pour lire : ils le font de leur propre initiative.

Hélène: Il y a beaucoup de rencontres à l’extérieur aussi. C’est un des avantages de l’instruction en famille et qui doit aider aussi, je pense à la relation avec les autres.

Et pour les parents, il y a moins de pressions sociales ! On s’en fait moins lorsque l’enfant a un pantalon propre mais troué ! 
C’est une liberté à la fois pour les enfants et pour les parents ! Mais bien entendu c’est très prenant en tant que parents : il faut vraiment être très disponible quand même. Et bien sûr, travailler à des méthodes d’apprentissage qui correspondent aux enfants.

Avec l’IEF, il est interdit de faire de l’apprentissage collectif, c’est à dire avec d’autres familles en IEF, et ça c’est un vrai frein. C’est une limite de la loi qui empêche les parents d’avoir parfois des temps d’apprentissage collectif qui pourraient aider à l’apprentissage de l’enfant. Cela peut être assimilé à une école même si ce n’est pas le cas.
C’est incompréhensible ! On dit souvent que ces enfants ne sont pas sociabilisés mais on les empêche de créer des groupes pour quelques heures d’apprentissage collectif en IEF ! Il y a quelque chose d’illogique.
Toutefois, ils ont créé un groupe pour que les enfants se voient une après-midi par semaine pour jouer ensemble et faire des activités (jardinage, cuisine, etc.).

Une journée en IEF…

 

 Les cours se passent essentiellement le matin et pas forcément sur toute la matinée et même avec peu d’heures de cours, le programme est suivi. Car les enfants sont motivés à travailler en s’amusant et avec d’autres méthodes que les méthodes traditionnelles de l’école.
Eduscol, site de l’éducation nationale, permet de voir ce qui est demandé dans l’apprentissage.
Tout ce qui est vu est mis en pratique dans la vie avec des sorties qui correspondent aux thèmes vus et ils en profitent pour voir d’autres choses ! Ils travaillent d’une autre façon et c’est mis en pratique pour que ça ait du sens.

Hélène : Le temps de l’instruction se fait le matin pour nous aussi. Et le temps d’écran est contrôlé. On voit le quotidien aussi : préparer des choses pour la maison en faisant des activités et l’après midi, on voit du monde.

Mélusine : on est conditionnés par l’éducation que l’on a eu et c’est dur de sortir de tout ça !  Il faut lâcher prise ! C’est un déconditionnement à mettre en place !

Et un projet de Loi…

 

L’ article 21 du projet de loi confortant le respect des principes de la République propose de restreindre la possibilité d’avoir recours à l’instruction en famille. Il s’agirait de passer à un régime où chaque famille souhaitant instruire ses enfants en famille devrait obtenir une autorisation basée sur une liste restreinte de motifs.

Sur le projet de Loi, personne ne veut aller demander l’autorisation de faire l’Instruction en Famille. C’est un droit qui est inscrit dans la Constitution et il faudrait aller demander l’autorisation ! C’est anti-constitutionnel !
Il y a un bon réseau de l’instruction en famille et des cagnottes qui pourront, si la Loi passe, les aider à faire suite au niveau du Conseil Constitutionnel.

Nous ne sommes pas nombreux (moins de 0.5% du total des élèves) mais nous sommes super motivés par l’IEF et là, ils se sont attaqués aux familles et c’est pas rien ! Aux familles qui ont fait des choix de vie forts, à des familles engagées et ce sont des familles qui ne vont pas laisser tomber comme ça ! 
De plus, qu’il y a déjà des contrôles et donc c’est pour eux une envie de contrôler encore plus fort, cette
Loi. 

 

Où se renseigner ?

Afin d’avoir plus d’infos sur l’Instruction En Famille, vous pouvez vous rendre sur les sites internet dédiés :
IEF_ Instruction en Famille
IEF22 Facebook

Sinon, afin de ne pas être isolés, rapprochez vous des réseaux locaux des Familles en IEF. 

 

 

 

Myriam Pommelec – Avril 2021